samedi 21 janvier 2012

Un Secret de Philippe Grimbert


4ème de couverture:


Souvent les enfants s'inventent une famille, une autre origine, d'autres parents. Le narrateur de ce livre, lui, s'est inventé un frère. Un frère aîné, plus beau, plus fort, qu'il évoque devant les copains de vacances, les étrangers, ceux qui ne le vérifieront pas...Et puis un jour, il découvre la vérité, impressionnante, terrifiante presque. Et c'est alors toute une histoire familiale, lourde, complexe, qu'il lui incombe de reconstituer. une histoire tragique qui le ramène aux temps de l'Holocauste, et des millions de disparus sur qui s'est abattue une chape de silence.  


Mon Avis:

J’ai lu ce livre dans le cadre scolaire pendant les vacances de noël. J’avais un peu d’appréhension au début comme à chaque fois que je lis un livre pour l’école, mais elle s’est vite dissipé. Je suis tout de suite rentré dans l’histoire et celle-ci m’a beaucoup ému, j’ai même versé une petite larme à certains moment.

Le narrateur, Philippe Grimbert, nous raconte son enfance difficile. Fils unique de deux grand athlète, maladif et effacé, il a longtemps été blessé par l’indifférence de son père à son égard. Il s’est alors inventé un frère. Un frère beau, fort et sur de lui. Il s’invente l’histoire de ses parents, comment ils se sont rencontré et aimé à partir de quelque bride de conversation qu’il a entendu.

Un jour, alors qu’il a 15 ans, Louise, la vielle amie de la famille, décide de lui révéler le secret de la famille, un secret qui nous plonge en plein cœur de la 2nd guerre mondiale et du régime nazisme. Il découvre alors que tout ce qu’on lui avait dit sur l’occupation était faux mais aussi que le frère qu’il s’était inventé n’était pas si loin de la vérité.

La plume de Philippe Grimbert, nous plonge dans roman émouvant et triste tout en pudeur. Les phrases sont courte mais les mots sont puissant et ont toujours du sens. Les sentiments sont pur et on évite les détails trop glauque. Il n’y a pas beaucoup de description, juste ce qu’il faut. Le livre est court mais prenant, il se lit d’une traite. Il est facile à comprendre même si c’est une période très sombre de notre histoire.

Les personnages sont émouvant mais pas assez approfondis, on aimerais en savoir un peu plus sur les personnages et mieux connaître les sentiments de l’auteur quand on lui livre ce secret. Je me suis quand même beaucoup attaché à Hannah, elle m’a beaucoup touché, sont geste désespéré m’a beaucoup ému, mais je ne comprend toujours pas pourquoi, elle a emmené son fils avec elle. Sa fin a été vraiment triste, personne ne mérite de mourir comme ça.

Une très bonne autobiographie que je conseille, elle est très touchante, émouvante et triste.

Note: 7,5/10


Extrait:

«Fils unique, j'ai longtemps eu un frère. Il fallait me croire sur parole quand je servais cette fable à mes relations de vacances, à mes amis de passage. J'avais un frère. Plus beau, plus fort. Un frère aîné, glorieux, invisible.»

«Un "m" pour un "n", un "t" pour un "g", deux infimes modifications. Mais "aime" avait recouvert "haine", dépossédé du "j'ai" j'obéissais désormais à l'impératif du "tais".»

«Jour après jour, au fil de nos rendez-vous, Louise tournait pour moi les pages d'un livre que je n'avais encore jamais feuilleté. J'entrais avec elle dans la tourmente que mes parents avaient traversé en sa compagnie»


 






 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire